(Même remarque que précédemment.)

Odeur de craie.

Cette craie qu'ont met sur ses mains pour se jeter sur les anneaux, les barres parralèles, quand on est gymnaste.

Miklos Dongo a été un grand gymnaste Hongrois. Il se rappelle comment on lui a enseigné la gymnastique en pays communiste, au début des années 80, alors que désormais, 20 ans après, il est lui-même entraineur d'un jeune espoir au Canada. Choc temporel, choc spatial.

Toute la douleur rentrée de ce gymnaste, qui a subi un entrainement d'autres âges, et qui n'a sans doute pas eu la carrière qu'il méritait, est bien retranscrite à l'écran par le réalisateur, qui relate ici la vie de son frère, ses propres doutes, ses propres souffrances. Et ce ne sont pas que des souffrances intérieures, ce sont aussi des souffrances physiques, celles que subissaient les jeunes athlètes programmés pour gagner, vaille que vaille, dans les pays sous la coupe de l'URSS.

Et puis il y a les corps. Ces corps malmenés violemment pour accéder à la virtuosité des plus grands gymnastes. Ces corps qui subissents, qui se plient, qui souffrent réellement, sans broncher, devant des entraîneurs bourreaux, harponnés par des méthodes monstrueuses. Chaque muscle sec de Miklos Dongo, dans sa beauté, nous rappelle ce que ce corps d'enfant prodige a du encaisser.

Les images de cette Hongrie d'il y a 30 ans sont imprimées sur ce corps multi médaillé. Tout est politique, même le corps des enfants. Enfants de cirque devenus objets de propagande. Miklos Dongo parviendra à s'en libérer, en comprenant que les temps ont changé, que d'autres lieux existent, et que le jeune corps qu'on lui remet parviendra à l'excellence sans la torture.

Car qui a subi la torture est enclin à l'infliger. Un film assez bouleversant, réalisé par ce magnifique gymnaste, qui maitrise son sujer comme il maitrise son corps. Un film différent, à découvrir.

NB : solidarité hongroise oblige, le film est produit par Peter et Mathieu Kassovitz.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=111486.html

Les_Paumes_Blanches