CochonTriste On nous surveille !

  • "On est un con", c'est bien connu. Depuis le livre de George Orwell "1984", l'imagination peu fertile des auteurs de science fiction et des politiques a toujours pensé une espèce de cerveau central placé en surplomb de la société, usant des moyens techniques les plus sophistiqués pour espionner les citoyens jusque dans leur intimité et les dépouiller de la liberté la plus élémentaire : le droit au respect de la vie privée. Et on a alimenté ce concept de cerveau central issu d'un régime forcément autoritaire et totalitaire, voire fascisant, avec force d'exemples : caméras de surveillance partout, Navigo et Vélib mémorisant vos déplacements, Google surveillant ce que vous faites sur internet, etc... Mais ce n'est là regarder que par le petit bout de la lorgnette.
  • Je voudrais donc revenir aux mésaventures récentes de Valérie Bègue et de Laure Manaudou, qui ont pu à juste titre se sentir surveillées et épiées, jusque dans leur passé, jusque dans leur plus stricte intimité. Force est de constater que cela n'a rien à voir avec le concept du Big Brother tel qu'énoncé ci-dessus. Désormais, photos volées, rumeurs, calomnies, et secrets de familles peuvent circuler à la vitesse de la lumière. Mais ce n'est pas un état totalitaire qui en est la cause, c'est le quidam. La voisine, la jalouse, l'avide, qui avec un simple téléphone portable peut pulvériser votre vie privée en faisant circuler sur la toile, en toute impunité, votre vie la plus intime...
  • Nous ne devenons pas uniquement obèses à cause d'une sur-consommation alimentaire, nous deviendrons aussi obèses d'images peu ragoûtantes, et pour assouvir notre faim de conso-"mateurs" (comme le dit Claude Weill), nous serions prêts à avaler avec un appétit nauséeux n'importe quelle image de provenance douteuse, plutôt que d'avoir à lire un simple texte didactique construit intelligemment.

Nul n'est à l'abri désormais, puisque chacun a sa voisine, sa jalouse, son avide. Nous devons donc refuser de nous intéresser à tous ces petits scoops, promus via la toile, par une multitude de minuscules big brothers d'un jour.

Encore une fois, c'est probablement l'écrit, la littérature qui sauvera le monde. Prendre le temps de lire, et refuser d'être assaillis continuellement par des ragots en images. Ne pas participer aux huées fanatiques des délateurs !

Cette image est (en partie) démodée !

Big_Brother