Moscow__Belgium Continuer...

Abandonnée depuis cinq mois, deux semaines et trois jours par son mari qui l'a quittée pour une femme deux fois plus jeune, Matty (41 ans) vit avec ses trois enfants à Moscow, un quartier populaire de Gand, en Belgique.
Sur le parking d'une grande surface, sa voiture se fait accrocher par le camion de Johnny (29 ans), séparé depuis dix-huit mois de son ex-femme.
Ce banal accident va pourtant bouleverser l'existence de Matty. Car, malgré les mises en garde de Werner, son mari de nouveau amoureux d'elle, le regard ironique de Véra sa fille aînée, contre toute attente et presque malgré elle, Matty s'éprend de Johnny...

Un film flamand, c'est suffisamment rare pour susciter l'attention. D'autant plus qu'en ce moment, le cinéma belge est très intéressant. Et le film de Christophe Van Rompaey ne déçoit pas.

La renaissance amoureuse, la rencontre de deux personnes qui ne nous semblent pas faites pour être ensemble... rien de bien original dans le sujet. Mais le film, après un beau travelling au supermarché, s'engage sur une dispute d'anthologie entre Matty (Barbara Safarian) et Johnny (Jurgen Delnaert). Et ça fait mouche ! On comprend d'emblée que le film est très écrit, et que les dialogues sont au cordeau.

Le film s'attache aux individus, à leurs sentiments, à leurs tourments, sans s'attarder sur le contexte social. Il est routier, elle bosse à la poste, et nous n'en saurons pas davantage. Nous sommes dans la classe moyenne, laborieuse, qui ne se plaint pas. Le réalisateur a eu raison, car cela nous permet de nous concentrer sur Matty et Johnny, sur leur façon de s'apprivoiser peu à peu.

Safarian_Delnaet Je ne connaissais pas Jurgen Delnaet, tandis que le tempérament de Barbara Safarian avait déjà attiré mon attention dans "CQ" de Roman Coppola et "8 femmes 1/2" de Peter Greenaway. Le couple fonctionne à merveille, et les échanges de répliques, tant les plus douces que les plus acerbes, nous offrent des joutes savoureuses.

Les trois adolescents qui campent les enfants de Matty sont très bien, et savent ne pas en faire trop. "J'ai trois enfants. La première est en pleine crise d'adolescence, la deuxième croit qu'elle y est aussi, et le troisième peine à y entrer" nous dit Matty, à sa façon expéditive et pleine de bon sens.

Il est clair qu'on peut percevoir dans ce film des références, ou plus précisément des clins d'oeil, qui vont du côté de Mike Leigh. Et même si ce n'est pas aussi tendu, ce n'est pas usurpé.

Ce qui m'a plu dans ce film, c'est le fait, alors qu'au moins deux fois par semaine on peut voir au cinéma des films de réalisatrices qui nous montrent des problèmes de femmes, le jeune réalisateur Christophe Van Rompaey nous rappelle que dès lors qu'on est en empathie avec son "héroïne", on est capable de réaliser un film tout en finesse qui sait parfaitement capter la sensibilité féminine. Mais en prime, il ne fait pas passer les hommes pour des gros boeufs buveurs de bière devant la télé.

Un film que je conseille, pour son ton, sa verdeur, ses dialogues, et son couple Matty-Johnny tout à fait épatant !