Stephane_HesselQuel homme !

Comme presque chaque dimanche - puisque j'ai le loisir de ne pas travailler ce jour de la semaine - en rentrant de mon film et de ma présence dominicaux, je me pose devant la télévision, et je regarde "Ripostes" sur La Cinquième.

Certes, comme dans de plus en plus nombreuses émissions, il faut supporter la mise en scène que s'accorde le journaliste-présentateur, animateur, ici Serge Moati. Mais souvent les invités sont de qualité, et les débats sont intéressants.
Cette semaine, dans la première partie de l'émission, seul face à Serge Moati, c'est Monsieur Stéphane Hessel qui répond aux questions du journaliste.

Immense bonhomme ! A 91 ans, avec son Curriculum Vitae long comme le bras, il a l'esprit très vif, très malicieux, et impose une modestie qui force le respect. Et le journaliste de devoir baisser d'un ton, d'être contraint de diviser par 4 le nombre de ses simagrées et de ses grands gestes, devant tant de présence.

Rescapé des camps, dernier vivant parmi les co-auteurs de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme qui vient de fêter ses 60 ans, ce grand vieux aborde n'importe quel sujet d'un point de vue toujours original, avec un ton courtois qui ne saurait dissimuler la verdeur de l'ensemble de ses propos.

Nul autre ne parle comme lui de Brice Hortefeux ou de Rachida Dati, entre autres, avec une telle économie de mots, avec aussi des phrases bien balancées, incisives, juste comme il faut. Emane de Stéphane Hessel une autorité, que dis-je une autorité ? une supériorité intellectuelle, tandis que Serge Moati rapetisse minute après minute.

L'éloquence. Pas une grivoiserie, pas une minauderie simplement deux bras chargés de convictions bien palpées, sur les sujets les plus divers. L'éloquence du diplomate. Et de susciter chez ses contemporains la nécessité de soutenir les sans-papiers ; la nécessité de porter collectivement toute la honte que génère Brice Hortefeux ; la necessité de comprendre pourquoi les prisons et les centres de détention sont des indignités nationales.

Stéphane Hessel est calme, posé, ne s'agite pas, parle avec une petite pointe de facétie, nous offre les fruits de ses longues réflexions, nous dit son bonheur à connaître encore par coeur une bonne centaine de poésies, nous fait partager le malheur de la bande de Gaza, etc.

Que nous a-t-on dissimulé cet immense bonhomme, si télégénique, si salvateur aussi ? J'étais là, face à un modèle imparable, un anti-Sarkozy majeur, dont toute la gauche devrait se revendiquer, et une grande partie de la droite aussi. Sans modération. Le petit écran a vocation, non pas à y faire entrer des petits bonhommes, aussi petits que notre Président, mais a au contraire la vocation à y loger les plus grands d'entre nous, pour le mieux-être de chacun d'entre nous.

Stéphane Hessel, 91 ans, au faîte d'une modernité totalement absente de notre gouvernement. Une leçon de hauteur.