Combi_Cale_onUn petit air de cow-boy...

Le caleçon long d'arrière-grand-papa, ne serait-ce parce que cet antique sous-vêtement connaît une seconde vie, remplaçant le pantalon chez certains couturiers ! Quant à l'union suit américain, un maillot-caleçon d'une pièce qui date du 19ème siècle et couvre du cou à la cheville, il est toujours en vente aux Etats-Unis (même sur amazon.com)... Son histoire : conçu par des femmes émancipées pour se débarrasser du corset et de tout ce qu'il représentait, ce sous-vêtement a été vite adopté par les hommes qui y trouvèrent leur compte à une époque où le chauffage central n'existait pas. Revêtu par ceux qui travaillaient dehors, mais aussi comme vêtement d'intérieur et pyjama, il apparaît encore dans certains westerns (la séquence du bain, la séquence du bordel). Son architecture : des boutons par-devant, du cou jusqu'à l'entre-jambe ; une ouverture derrière (genre pont de marin) pour passer au petit coin sans se défroquer. Ses avantages : il tient chaud sans coller à la peau, aucun élastique ni ceinture ("nomen est omen", "autres temps, autres moeurs").

Comment le caleçon long et son grand frère l'union suit sont-ils aussi devenus des éléments de déguisement pour la mode, le carnaval ? Et mieux encore : comment de vêtements utilitaires, sont-ils devenus des objets (de) culte, des supports d'excitation ? Des photos d'art et de luxure leur sont consacrées... Il me semble que l'image du cow-boy, de l'homme des grands espaces, du forestier, du pompier aussi, leur demeure attachée avec son parfum nostalgique de virilité sauvage et de partage avec les copains. Et peut-être aussi le souvenir embué et alcoolisé de mecs en caleçons entrouverts qui se consolaient ensemble de l'éloignement des femmes.

Les vitrines d'automne se mettent en place, et je regrette que des couturiers dans la veine de Vivienne Westwood et Jean-Paul Gaultier ne viennent ré-interpréter ce sulfureux vêtement !