Presidentielle_2012J'ai lu les sondages, j'ai lu les professions de foi, j'ai vu les clips-vidéo officiels, j'ai entendu spots diffusé à la radio, j'ai assisté à des meetings... mais ça n'est pas uniquement à partir de tout ça que je me décide à voter pour tel ou tel candidat.

Je ne me referai pas, et comme d'habitude, je trouve mes principales motivations du côté de mon univers culturel.

Pour ce qui est de la littérature, puisque je ne peux pas revenir sur tout ce qui m'a interpellé, je pense à Albert Camus : "Je suis de gauche, malgré elle, malgré moi." Je pense aussi au sublime roman de Eugène Sue, "Les Mystères de Paris", décrivant tous les symptômes du "Printemps des Peuples" (1847-1848), dont le contexte général rappelle celui d'aujourd'hui.

J'allume donc une cigarette "Pink Elephant", une belle clope rose donc, qui photographie instanténément, de façon symbolique, l'hémisphère auquel j'appartiens : la gauche. (Je ne connais pas de cigarette rouge).

Côté musique, il m'est difficile de piocher dans la variété française, tout comme il m'est difficile d'aller piocher chez les "chanteurs à textes", souvent trop décalés dans le temps, malgré quelques références. C'est donc chez les Britanniques que je pioche, même si je songe à Alex Beaupain ("Au départ"), Cyril Mokaiesh ("Communiste", "Notre Époque) et Brigitte Fontaine ("Prohibition"). 

Pulp - Common People


Madness - Our House

"Common People" de Pulp, pour ce bel hommage aux "petites gens" ; "Our House" de Madness, pour penser aux plus démunis d'entre nous ; chansons auxquelles j'aurais pu ajouter "Surbubia" des Pet Shop Boys, et tant d'autres chansons d'outre-Manche, puisque les Britanniques savent si bien faire de la musique pop/rock avec une fibre sociale.

Côté photographie, non, ce ne sera pas Robert Doisneau ! Ce sera, et sans hésitation, même si j'adore Herbert List, Herb Ritts, Robert Mapplethorpe, Bruce Weber, etc... ce sera Martin Parr. Oui, ses photographies sont autant de chefs d'oeuvre qui me rappellent, si besoin était, que je ne vote pas pour moi, mais selon selon ma conscience, en portant un petit bout d'espérance collective. 

Martin_Parr_01

Martin_Parr_02Martin_Parr_03

 

 

 

 

 

Enfin, côté cinéma, pour la jeunesse je pense à Gus Van Sant, à Larry Clark, à Christophe Honoré, à Xavier Dolan, à Eytan Fox ("Bubble"). Mais puisqu'il sagit de la France, puisqu'il est question de maintenant, je pense à certains films que j'ai vus récemment : "L'exercice de l'État" de Pierre Shoeller avec Olivier Gourmet et Michel Blanc au sommet de leur art ; "Louise Wimmer" de Cyril Mennegun avec la remarquable Muriel Masiero ; "Possessions" de Éric Guirardo avec l'excellent Jérémie Rénier ; "La désintégration" de Philippe Faucon où l'on découvre Ymanol Perset ; "Les Adieux à la Reine" parce que Benoît Jacquot en propose une double lecture, historique d'une part, et éminemment politique d'autre part en osant le parallèle entre la fin de règne de Louis XVI et la fin du sarkozysme ; "Aux yeux de tous" de Cedric Jimenez qui nous rappelle, avec ses caméras de vidéo-surveillance et ses webcams, le Michel Foucault de "Surveiller et punir" ; etc... Planent toujours "La Question Humaine" de Nicolas Klotz avec les remarquables Michael Lonsdale et Mathieu Amalric, "Itinéraires" de Christophe Otzenberger avec Yann Tregouët, et tout le cinéma des Frères Dardenne, de Guédiguian, de Laurent Cantet, de Philippe Lioret, de Bruno Dumont, de Lucas Belvaux, etc...

Voilà, depuis que je suis en âge de voter, le plus rationnellement possible, ne pensant qu'au pouvoir temporel d'un Président de la République française (et lui niant tout pouvoir spirituel, et surtout réfutant l'outrance et la vulgarité), j'ai toujours voté à gauche. Entendre Jacques Brel chantant "Les Bourgeois" ou Barbara chantant "Dis, quand reviendras-tu", lisant et relisant Gauchet, Badiou, Debray, Rambaud, Virilio, Rancière, Lordon, parmi tant d'autres, revoyant mes films préférés, parfois jusqu'à Julien Duvivier, (ré)écoutant quelques CD, feuilletant mes précieux livres de photographies... je ne me suis jamais consenti la moindre dérive anti-sociale, même si en 2002 j'ai voté Lionel Jospin pour éviter (en vain) le second tour RPR/FN.

Quoi que je fasse, le quinté dominical sera très très probablement :
1/ Hollande - 2/ Sarkozy - 3/ Le Pen - 4/ Mélenchon - 5/ Bayrou.