Marianne CohnVagabondage littéraire vers l'idée, et l'acte de résistance.

C'est l'avantage d'avoir à sa disposition toute une multitude de livres : dès qu'il fait un temps triste, on peut se calfeutrer chez soi et piocher au hasard pour lire, ou relire un passage, un poème qui nous revient à l'esprit.

C'est probablement une succession de pensées qui m'ont ramené à "Je trahirai demain" de Marianne Cohn, un poème qui m'avait particulièrement marqué.

D'origine allemande, Marianne Cohn était une jeune femme, membre de la Résistance Juive, qui sauva des enfants par des placements dans des familles françaises ou par le passage vers la Suisse. Elle était membre des Eclaireurs Israélites de France (EIF).
La Gestapo de Lyon l'arrête, en mai 1944, près de la frontière suisse alors qu'elle tentait de faire de faire passer 28 enfants. Ces enfants là seront sauvés.
Dans sa prison, elle écrit ce poème.
Marianne Cohn a été longuement torturée. Elle est morte assassinée par les nazis, le 8 août 1944, à l'âge de 22 ans et son corps jeté dans la fosse commune, à Ville-la-Grand, en Haute-Savoie, près d'Annemasse.

Vous trouvez un résumé plus long de sa coute biographie ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marianne_Cohn . Et grâce à internet, vous trouvez de nombreux articles à son propos.

Voici donc ce poème admirable :

Je trahirai demain, pas aujourd'hui
Aujourd'hui, arrachez-moi les ongles
Je ne trahirai pas !
Vous ne savez pas le bout de mon courage.
moi, je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures avec des clous.
Je trahirai demain. Pas aujourd'hui,

Demain.
Il me faut la nuit pour me résoudre.
Il ne me faut pas moins d'une nuit
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.
Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
pour mourir.
Je trahirai demain. pas aujourd'hui.
La lime est sous le carreau,
La lime n'est pas pour le bourreau,
La lime n'est pas pour le barreau,
Le lime est pour mon poignet.
Aujourd'hui, je n'ai rien à dire.
Je trahirai demain