vacances

Enfin, les vacances !

Depuis qu'on dit "Vacances de Printemps", grâce à un subtil décalage calendaire, plutôt que "Vacances de Pâques", je perçois comme un virage laïc salutaire dans notre rythme de vie. Ce n'est pas grand chose, mais après des semaines où tout ce qu'il y a d'anti-laïcité en France (Opus Dei, Ichtus, Fraternité Saint-Pie X, etc... accompagné de tout ce qu'il y a d'anti-République (Bloc Identitaire, retraités d'Occident, rescapés du GUD, Ordre Nouveau, FAF, etc... labellisés "Printemps Français" et promus par l'agence internet Novopresse orchestrée notamment par Patrick Buisson), sur le dos du mariage civil pour tous, ce me semble notable.

La dernière ligne droite avant ces vacances de printemps aura été longue, besogneuse et fatigante, jusqu'à la dernière minute.

Je vais pouvoir faire front à mon "blip" sanitaire au calme. Blip ? Qu'es aco ? C'est ce qui pourrait être un moindre effet passager de la ma trithérapie face au sida, qui aura engendré une recrudescence du virus dans mon corps. Alors, ci ce n'est pas une vie totalement monastique qui m'attend pendant deux semaines, ce sont au moins des plages de repos plus vastes que d'habitude.

Je compte bien occuper ces temps de repos avec tout un tas d'activités. Déjà hier samedi, un après-midi avec Elsa, la fille de mon amie Patty, puis une promenade "en famille" dans Le Marais où j'ai cédé au shopping, puis un dîner au "Dodin", restaurant gastronomique où j'ai très bien dîner. Aujourd'hui, ce sera avec Sister Choube et Ivan, avec un déjeuner et un tour aux Puces.

Guibert Lettes Eugène

Ensuite, je vais me plonger dans la lecture de "Lettres à Eugène" et "Vice", grâce à mon inénarrable et indispensable Zaza, qui aura anticipé mon anniversaire. Ce retour à l'auteur de l'excellent et bouleversant "Protocole Compassionnel" (que je ne cesserai jamais de conseiller) sera, j'en suis certain, un immense plaisir. D'autant que "Vice" me semble déjà s'apparenter à "Tirésias" de Marcel  Jouhandeau, que je ne cesse de lire et relire. Merci ma Zaza !

Je ne me refais pas, je n'ai aucune intention de me "refaire" (à mon âge !), alors il est très probable que j'aille battre le pavé les 1er et 5 mai, histoire de ne pas baisser ma garde politique et sociale, histoire de rester parmi ceux qui sont "les miens", pendant que le triumvirat Barjot-Boutin-Bourges continuera de manifester sa religiosité (ou prétendue religiosité) et ce qui ne saurait être nommée autrement qu'homophobie.

Évidemment le cinéma, avec "Hannah Arendt", "Survivre", "La Cage Dorée", "Mud", "Stoker", I want uour love", "Sous surveillance", Rock the casbah", etc... sur lesquels je ne manquerai pas de venir vous raconter mes appréciations, comme d'habitude. Le mois de mai est toujours un bon mois de cinéma, puisque c'est celui du Festival de Cannes. Mais là, je vais déjà au-delà des vacances de printemps...

Pour l'heure, je vais essayer de profiter au mieux de ce temps de repos et de loisirs...