grizzly_bear

Merci Nicolas !

Parmi mon avalanche de cadeaux, j'ai eu le plaisir d'être invité au concert de "Grizzly Bear" à l'Olympa, belle salle s'il en est. Un groupe que je connaissais peu, même si j'ai pris le soin d'aller regarder ses clips sur TouTube. Un cadeau original, et l'occasion d'une belle découverte.

Très étonnamment, il est très difficile de déceler les origines du groupe, et surtout ses références, lorsqu'on le voit sur scène et que l'on écoute ses chansons. En effet, il pourrait s'agir d'un groupe "pop-rock" venu de Grande Bretagne, plutôt que d'un groupe New Yorkais, ayant tout retenu et assimilé depuis les Buzzcocks et Magazine, depuis les guitares de XTC, depuis les intonations de voix de Siouxie, depuis la basse de Dépêche Mode. Et ce même s'ils ont aussi retenu, et c'est une évidence, les Beach Boys et les White Stripes. Ces jeunes-là, manifestement, pourraient presque être le dernier et très bon rejeton musical de l'arbre généalogique britannique depuis la fin des années 1970, qui auraient su profiter de la discographie d'un oncle d'outre atlantique.

Très belles voix, bonnes prestations scéniques sans chichis, très judicieux ordonnancement des chansons, alternant les morceaux "qui envoient" et les chansons plus calmes et intimes, mise en espace simple et élégante avec de beaux lampions orangers sur l'arrière scène. Un très beau final en forme de ballade à plusieurs voix, avec la même élégance que les Beach Boys.

Et pour suivre la soirée, une bonne petite bière au "Cyrano", un petit, mais très beau (superbes mosaïques !) du côté de la Place de Clichy, que nous avons quitté sur le magnifique "Madness" de Muse.

Grizzly-Bear-Shields

Voici la fiche Wikipédia de "Grissly Bear" (au demeurant très incomplète) :

Grizzly Bear est un groupe américain de rock expérimental teinté de folk originaire du quartier de Brooklyn à New York. Il fait partie des quelques groupes non électroniques signés sur le label Warp. Il est constitué de Daniel Rossen (chant, guitare claviers et également membre du duo Department of Eagles), Edward Droste (chant, guitare, omnichord, claviers), Chris Taylor (basse, choeurs, divers instruments) et Christopher Bear (batterie, chœurs). Le groupe a fait la première partie de groupes tels que "TV on the Radio" et "Radiohead".

Les origines et "Horn Plenty" (2000-2006)
À l'origine "Grizzly Bear" est un surnom désignant l'auteur-compositeur de musique, Ed Roste, au début des années 2000. Ed Droste s'est exprimé sur l'explication du nom lorsqu'il l'a envisagé comme un projet solo : "C'était comme si je débutais un petit projet solo et je me suis dit : tiens ce serait marrant de l'appeler Grizzly Bear. C'est le surnom d'un ancien petit ami à moi".

En 2004, Droste sort le premier album de Grizzly Bear Horn of Plenty. Mené presque intégralement en solo, ce disque bénéficie toutefois de la contribution de celui qui deviendra le batteur de Grizzly Bear, Christopher Bear. Rolling Stone écrit sur cet album :"La pureté atmosphérique de ces chansons suffisent amplement à vous hypnotiser".

Ed Droste et Christopher Bear sont rapidement rejoint par le bassiste et producteur Chris Taylor. Ils jouent ensemble 4 concerts sous la forme d'un trio. Au sujet de ces concerts, Ed droste confie: "on a pratiquement pas existé sous cette forme, les 4 concerts que nous avons joué avant de rencontrer Daniel Rossen étaient horriblement nuls. Quand nous avons commencé à travailler à 4, c'est là que je me suis dis que le groupe était né."

Le guitariste et chanteur Daniel Rossen rencontre Christopher Bear dans un conservatoire de Jazz. Durant sa deuxième année, il habite avec Chris Taylor et entend parler de Grizzly Bear. Quelques titres composés en solo sont déjà prêts depuis un petit moment. Ils prennent tout leur sens lorsque Taylor lui propose de jouer dans le groupe en soumettant ses chansons aux autres membres. Quelques répétitions plus tard, Grizzly Bear évolue sous sa forme actuelle et part pour une tournée de plus de 2 mois.

Ed Droste révèle en interview, lors de la promotion de l'album Shields, qu'il est ravi que le projet solo soit devenu un groupe car il est terrifié à l'idée d'avoir les projecteurs braqués sur lui et de devoir assumer un projet complet à lui seul.

Yellow House" (2006-2008)
Leur premier enregistrement sous la forme d'un quartet et utilisant des compositions originales d'Ed Droste et de Daniel Rossen, Yellow House, est sorti sur le label Warp Records en septembre 2006. Yellow House, c'est le nom de la maison de la mère d'Ed Droste où le groupe a enregistré l'album. L'album figure au top 10 des classements des meilleurs albums de 2006 par le New York Time et Pitchfork. En 2006 également, le groupe enregistre un "concert à emporter" avec la Blogothèque réalisé par Vincent Moon. En 2007, le groupe sort un EP appelé Friends comprenant des démos, des versions différentes de compositions de Yellow House, ainsi que des reprises de leurs morceaux par CSS, Band of Horses et Atlas Soud. En plus, Il y figure le morceau caché Alligator en collaboration avec des membres de Dirty Projectors et Beitut.

Le premier mars 2008, le groupe joue avec le Los Angeles Philarmonic Orchestra.

Discographie :

- Albums :
Horn of Plenty (2004)
Yellow House (2006)
Veckatimest (2009)
Shields (2012)

- Singles :

"On a neck, on a split" (2006)
"Knife" (2007)
"Live on KCRW" (2009)
"Two Weeks" (2009)
"Sleeping Ute" (2012)
"Yet Again" (2012)