Before Midnight

De l'universalité du couple.

Une île grecque, une villa magnifique, en plein mois d’août.

Céline (Julie Delpy), son époux Jesse (Ethan Howke), nenry le premier fils de celui-ci (Seamus Davey-Fitzpatrick) et leurs deux filles Ella et Nina (Jennifer et Charlotte Prior) passent leurs vacances chez leur ami Patrick (Walter Lassally). Après avoir raccompagné Henry à l'aéroport pour qu'il passe le reste de ses vacances avec sa mère aux USA, les vacances continuent.

On se promène, on partage des repas arrosés, on refait le monde. La veille du retour à Paris, surprise : les amis offrent au couple une nuit dans un hôtel de charme, sans les enfants. Les conditions sont idylliques mais les vieilles rancoeurs remontent à la surface et la soirée en amoureux tourne vite au règlement de comptes. Céline et Jesse seront-ils encore ensemble le matin de leur départ ?

"Before Mindnight" est le troisième film de Richard Linklater où l'on suit l'histoire d'amour entre Céline et Jesse. "Before Sunrise" en 1995, Before Sunset" en 2004, Before Midnight en 2013. Nous suivons Jessie et Céline à travers un moment particulier. Dans "Before Sunrise" (1995), ils se rencontrent et passent toute la nuit à marcher dans les rues de Vienne. Pour "Before Sunset" (2004), ils se retrouvent à Paris le temps d'une journée. Enfin, avec "Before Midnight", ils sont en Grèce avec leurs jumelles et nous assistons à leurs querelles quotidiennes. Il s'agit d'une expérience cinématographique passionnante, où une nouvelle étape de l'histoire d'amour nous est proposée, grosso modo, tous les neuf ans, toujours avec Julie Delpy et Ethan Hawke.

Delpy et Hawke

Comme pour les deux précédents opus, Julie Delpy et Ethan Hawke ont collaboré avec le réalisateur Richard Linklater à l'écriture du scénario. Julie Delpy a inséré des éléments de sa propre vie pour donner corps à son personnage. Certaines anecdotes sont issues de son journal intime. Elle confie : "J’ai revu Before Sunrise avant d’écrire Before Midnight et j’ai été étonnée de retrouver beaucoup de choses que j’avais écrites dans mon journal intime à 18 ans. Des choses très personnelles. Pas forcément sur qui je suis, mais sur des sentiments." Julie Delpy a commencé à écrire dès l'âge de 16 ans. Vers la trentaine, la comédienne a compris qu'il lui fallait écrire ses propres rôles puisque personne ne s'intéressait à elle : "Mon agent m’a laissée tomber, parce que j’écrivais "Before Sunset", et il pensait que je perdais mon temps avec ce "petit film stupide". Finalement, cette période m’a été bénéfique, j’ai tout mis à plat. J’ai compris que plutôt d’attendre des rôles intéressants, il valait mieux que je les écrive moi-même", raconte-t-elle.

Hawke et Delpy

Ce troisième opus s'éloigne un peu de la fantaisie des deux premiers films de la trilogie. Le réalisateur voulait se rapprocher de la réalité et nous faire partager des choses concrètes. Il confie : "La vie est une accumulation d’expériences, si on veut être un ami, un époux ou un parent cohérent, on perd sa spontanéité. On en a fait un sujet : [les personnages] ressentent leurs limites, ils sont restreints par leurs obligations. Céline le dit d’ailleurs quand ils se disputent : "la spontanéité a disparu de nos vies." On le ressent plus nettement en vieillissant, il faut réussir à remplir ses obligations tout en étant vivant et spontané, et il faut être capable de tirer le maximum de profit de ce qui nous intéresse le plus. Tout est une question de compromis."

Une comédie douce-amère sur la déliquescence des choses, merveilleusement servie par ses dialogues brillants (tantôt drôles et j'ai bien ri, tantôt émouvants et j'ai eu la larme à l'oeil) et ses comédiens. Julie Delpy et Ethan Hawke, en confiance, se donnent à fond au fil de six scènes brillantes (oui, six scènes seulement !) explorant la vie à deux d’un homme et d’une femme d’aujourd’hui. Il y a des sentiments vrais et du beau cinéma dans "Before Midnight".

Le temps d'une journée, on observe le couple à l'heure de la quarantaine : Julie Delpy, amère et pétillante à la fois, Ethan Hawke, ironique et touchant. Ce film de dialogue tourné en seulement dix-huit jours, témoigne d'une énergie communicative, d'un sens très affiné de l'observation et d'une étonnante capacité de variation sur le même thème. Impossible de ne pas s'y reconnaître un peu.

Delpy Hawke

De scènes tendres ou tendues en dialogues profonds et saillies drolatiques, le film dresse un portrait humain de ce couple universel. Et si l’amertume altère désormais la douce saveur des premiers émois, la trilogie du cinéaste n’en est pas moins comme le bon vin : elle se bonifie avec l’âge. Une saga qui se bonifie d’épisode en épisode ? C’est possible, la preuve.

Je recommande "Before Midnight" sans la moindre réserve.

Et j'attends neuf ans, pour aller voire le prochain opus...