Inishmore Breakfast

Direction Clifden et Galway.

Le cuisinier du Dolphin Hotel est un homme absolument charmant, et il m'a invité à venir en cuisine pour préparer notre véritable "irish breakfast", le dernier sur les Îles d'Aran. Pas facile pour moi, de bon matin et à jeûn, de me retrouver à préparer des oeufs, des saucisses et des haricots vert !

Finalement, je ne fais pas grand chose, si ce n'est préparer les assiettes en disposant les diférents.

Je ne me vois pas préparer un tel petit déjeuner tous les matins ! C'est délicieux, et cela suffisant pour tenir jusqu'à notre traversée de la baie de Galway en bateau, dans le froid (relatif), le vent et sous la bruine.

J'aime prendre le bateau. On n'y est pas enfermé comme dans une voiture, on n'y subit ni l'interminable enregistrement des billets et des bagages, ni l'embarquement pénible à l'aéroport, ni la foule énervée.

Inishmore Bye Bye

Malgré le temps - après tout il fait quand même 18°C et la bruine est très légère - nous nous mettons à la poupe du bateau et regardons les Îles d'Aran s'éloigner sous nos yeux.

C'est très rassurant, la mer.

J'ai un pincement au coeur. Non pas parce que nous quittons Inishmore, mais parce je pense à Clifden. Je pense donc à un temps très éloigné, il y a presque 35 ans (!) où Sister Choube et moi étions allés à Clifden en roulotte, et où nous avions acheté nos grosses mouffles en laines tricotées traditionnellement.

Hebus m'écoute raconter, à sa demande, ces vieux souvenirs. Ça l'amuse de m'entendre dire que c'était un temps où j'avais des cheveux aux reflets blonds vénitiens (des reflets roux donc), avec de grosses bouclettes ; un temps où nous avions jeté à la rivière les cachets de Sister Choube.

En moins de d'un quart d'heure, nous avons avons débarqué et Hebus a loué une automobile. J'ignore tout de ce qui m'attend, mais la malice dans les yeux d'Hebus est prometteuse de surprises.

AbbeyglenCastleHotel

Je regarde avec circonspection le beau château devant lequel nous passons. "Abbeyglen Castle, c'est là où nous allons séjourné" me dit Hebus, fier comme Artaban de la surprise qu'il m'a faite.

Évidemment, ça n'est pas du tout la même chose que d'être passé devant en roulotte, il y a presque 35 ans de cela. On imaginerait presque un vieux chateau écossais avec ses fantômes.

Je ris de moi-même parce que ma tenue n'a rien du client qui va débarquer dans ce genre d'endroit. En orange, blanc et violet - un classique me concernant - on me verrait depuis les Îles d'Aran.

C'est fastueux, et je ne saurais décrire la beauté et l'atmosphère de l'endroit. Nos pas sont étouffés par l'épaisseur des tapis, nos voix sont "assourdies" par la présence séculaire du bois et le poids des tentures.

AbbeyglenCastleHotelDiningRoom

AbbeyglenCastleRoom

AbbeyglenCheminee

AbbeyglenBath

 

 

 

 

Pour le coup, le voyage temporel va bien au-delà des mes souvenirs personnels. Je suis projeté dans une époque lointaine, une époque qui appartient à l'Histoire. Je dis à Hebus, sûrement parce que je ne sais pas trop quoi dire, que tout ce luxe n'est pas trais raisonnable. Et lui de me renvoyer à George Bernard Shaw.

Et c'est aussi avec ce grand auteur qu'il me faut clore cette chronique du jour : "Les choses que les gens veulent absolument savoir savoir ne les regardent généralement pas".

De fait, la suite ne saurait avoir lieu ailleurs que dans la salle de bain et dans le lit à baldaquin...