Fraternité des Peuples - Aimé-JUles Daloude - 1883

Le XXIème siècle sera-t-il fraternel ?

Non, je ne vais pas évoquer ici le (trop) moqué discours de Ségolène Royal dans sa tunique bleue sur le sujet ; non je ne vais pas évoquer non plus le concept du "Care" proposé par Martine Aubry ; non, je ne vais pas évoquer les notions de Bienveillance (une autre traduction que Fraternité du mot "maitri" en sanscrit, avec Amitié) déjà si présentes dans les textes de Boddhocitta dans le Bouddhisme Mahayanan ; non je ne vais pas évoquer le nom du prochain Bouddha, Maitreya, le Bienveillant, le Fraternel ; non je ne vais pas évoquer le Bushido japonais (cf Confucius et Mencius) ; non, je ne vais pas évoquer Caïn et Abel, Esaus et Jacob, Remus et Romulus... ; non, je ne vais pas évoquer l'une des principales caractéristiques du Bon Pasteur, le Christ ; non je ne vais pas évoquer 1789, puis 1830, puis surtout 1848 et Jean-Baptiste Belley ; non je ne vais pas évoquer Charles Péguy : « la fraternité est un devoir d'urgence, celui d'arracher les misérables à la misère, plus important selon lui que la notion d'égalité matérielle, qui serait un devoir de convenance" ; ou plutôt si, c'est chargé de toutes ces évocations que je vais essayer d'entrevoir les temps qui viennent.

Pour illustrer mon propos, je choisis le haut relief de Aimé-Jules Daloude (1883) "La Fraternité entre les Pauples, installé dans la Mairie du Xème arrondissement de Paris.

Si je considère que le temps de la Fraternité (ou de la Bienveillance, de l'Amitié, du Care, de la Bénévolence, etc... chacun comme il voudra) est politiquement advenu, c'est en "réaction" à la montée du FN, et plus largement de l'extrême droite dans l'UE, puisqu'on la note en Grande Bretagne, en Norvège, en Autriche, en Belgique, en Grèce, etc..

Il me faut donc rappeler en passant qu'imputer la montée du FN à la seule politique économique et sociale de François Hollande (quoi qu'on puisse par ailleurs en penser) est une forfaiture intellectuelle qui ne sert qu'à aérer les synapses et les neurones des plus idiots des électeurs. Même aux USA on note le pouvoir de nuisance du Tea Party mené en coulisses par le très dangereux Jim DeMint, pouvoir de nuisance qui n'a rien à voir avec l'élection de François Hollande, pas plus que Aube Dorée en Grèce, le Pari du Progrès de Siv Jansen en Norvège, l'UKIP de Nigel Farage en Grande Bretagne, le FPÖ de Heinz-Christian Strache en Autriche, etc...

J'entends bien les diverses causes de cette percée :

- S'il fut justifié de comparer la crise financière de 2007-2008 à celle de 1929, alors la montée de l'extrême droite est aussi logique que celle des années 1930 (et je m'en tiens ici à un prudent conditionnel) ;
- La globalisation, ou la mondialisation (appelez-la comme vous voulez), dont il faut dire que ce n'est pas la première, après la Renaissance, la colonisation, la guerre et l'après-guerre de 1914-1918, la guerre et l'après-guerre de 1939-1945, la décolonisation, et j'en oublie... participe de la peur et du sentiment de perte d'identité ;
- L'hyper-concentration des richesses qui va toujours s'accroissant est un sempiternel déni de Fraternité qui participe de l'effroi des populations ;
- Les Révolutions Arabes, qui ne sont souvent que les bases posées vers des sociétés musulmanes plus laïques, qui donc participent de la désislamisation suscitent des crispations, renforcent des partis islamistes extrémistes, (comme le Likoud israéien qui s'en nourrit), les sectes terroristes de type Al Qaeda, AQMI, etc... ce qui effraie légitimement les populations un peu partout dans le monde ;
- L'hypocrisie des pays pétroliers tels que le Qatar et l'Arabie Saoudite, qui ménagent toujours la chèvre et le choux, en favorisant d'une main les échanges économiques avec les démocraties occidentales et financent de l'autre main des partis fondamentalistes ont de quoi effrayer le commun des mortels ;
- En France, la surmédiatisation inconsidérée, avec parfois des sondages auto-prescriteurs pernicieux relayés par des medial très orientés et mal intentionnés, au sujet des Roms, de l'immigration, des projets de loi de Christiane Taubira turbule les consciences citoyennes ;
- Les politiques d'austérité, précipitées, brèves, et conjointes dans trop de pays de l'UE acculent souvent des électeurs à la contestation la plus radicale ;
- La lenteur des effets de la politique du gouvernement Jean-Marc Ayrault, la (fausse) placidité de François Hollande, l'incapacité de l'UMP à se reconstruire idéologiquement après 10 ans de sarkozisme qui n'a été voué qu'au trot perpétuel derrière les thèmes et les termes du FN ne fait que légitimer et favoriser ce dernier ;
- La mise en exergue de supposées "valeurs", de surcroît éhontément déformées, comme la famille, l'identité nationale, les racines chrétienne, la "francité", marque un coup d'arrêt de l'avancée des Français dans la marche du monde ;
- La très hasardeuse remise en cause du "Front Républicain", en passant par le "ni-ni", pour advenir au "vote pour le moins sectaire", n'aura fait que nettoyer les mauvaises consciences à voter FN ;
- Les accords UMP-FN avérés, décidés au lendemain des élections législatives de 2012, à la Seyne-sur-Mer, au Grau-du-Roi, à Forbach, à Carpentras, à Cavaillon, à Sarrians, à Hayange, à Fréjus, à Saint-Gilles, etc... n'est pas sans favoriser, là aussi, la montée du FN ;
- etc...

Gay muslim & Gay jewish

Quel rapport avec la Fraternité me demanderez-vous ? Partout dans le monde, aux USA, en Israël, dans toute l'UE, la droite doit rappeler que leurs pires ennemis ne sont pas les partis socialistes et leurs électeurs, mais bien toujours l'extrême droite.

Mauvais frères, peut-être, mais frères tout de même face à l'exrême droite ! Il n'y a pas de honte à considérer politiquement le "Front Républicain" comme la base de la fraternité politique. Ce qui implique que les Républicains étasuniens, les Tories britanniques, le PPE à Bruxelles, etc... doivent impérativement changer leur fusil d'épaule, et en revenir à leurs fondements originels, à savoir pas de flirt avec l'extrême droite tels que le réclament en France les Juppé, Le Maire, Baroin, Pécresse...

Il convient par ailleurs de noter, du strict point de vue de la France, qu'outre le FN, c'est aussi Nicolas Sarkozy qui entend bien profiter de la montée de l'extrême droite, pour annoncer, probablement juste après les élections européennes, qu'il reste le seul recours pour lutter contre le FN, se prévalant de son succès de 2007. Là encore, à l'aune de la Fraternité, il ne faut pas être particulièrement clairvoyant pour entrevoir ce qu'il nous en coûterait, lui qui a su si bien s'asseoir sur ce pilier républicain, la loi TEPA, les lois répressives (dont la création de 44 fichiers policiers, dont 5 illégaux) et les discours aux confins de la xénophobie l'ont prouvé...

Ce qui prévaut politiquement est évidemment issu de ce qui prévaut philosophiquement depuis les Lumières, c'est à dire le maintien constant entre les lignes de la liberté ET de l'égalité, que seule permet la Fraternité, qui réinstaure la nécessité du partage équitable des richesses, la redistribution vers les plus démunis, la main tendue aux exilés politiques qui fuient les guerres et les régimes dictatoriaux qui les menacent, les emprisonne, les torturent et les tuent.

Or, puisqu'il faut en revenir à des concepts philosophiques, cela signifie qu'il faut en revenir à la conscience et à la raison de chacun. C'est la raison pour laquelle je dis que le XXIème siècle doit être fraternel, la Fraternité ne pouvant être décidée "d'en haut" (sa dénégation totale par le sarkozisme en France, et dans une moindre mesure par le "mekelisme" dans l'UE, auront été fatals), c'est à dire émaner des hommes et des femmes qui composent le peuple.

Chacun doit comprendre que dès qu'on lui demande de haïr - les juges, les fonctionnaires, les Roms, les corps intermédiaires, l'UMPS (?), les musulmans, les juifs, les institutions, Bruxelles, les homisexuels, les énarques, les impôts, les élites, les artistes, les syndiqués, les FEMEN, etc... - doit se comporter autrement qu'un rat devant le Joueur de Flûte de Hamelin, car il finira au pied de la falaise, mort et flottant sur l'eau.

Finalement, ma réponse est claire, le XXIème siècle DOIT être fraternel.