Jésus Pâques

Il s'en balance !

Non, ce n'est pas uniquement pour le plaisir d'écrire un titre qui colle avec mon illustration ! 

Ce qu'il y a de pratique quand on n'a rien à faire, et qu'on a une tablette avec tout plein de livres dessus, on peut lire tout son saoul. Et ça tombe bien, il y a les Évangiles, dont mon Velu et moi avons relu quelques passages.

Bien que païen dans l'âme, j'aime revenir aux textes fondamentaux (j'avoue toutefois avoir des difficultés avec le Pentateuque, notamment le Livre des Nombres), parce que, inutile de le nier, ce sont des textes fondamentaux. J'y ajoute bien volontier Les Milles et Une Nuits, le Kamasutra...

Bref, j'ai beau lire et relire, il n'y a pas à discuter, Jésus Christ est bien le premier communiste, lui qui ne cesse de parler de partage, de fraternité, de solidarité, qui exècre les égoïstes, qui bouscules les interdits, etc... Et ce n'est pas parce que Saint Paul en a voulu autrement, que les textes changent.

Tout est métaphores dans les Évangiles, et Jésus, pour son temps, est incontestablement un "révolutionnaire du peuple", rétif aux inégalités, ayant la dent dure contre les commerçants, les propriétaires, les usuriers, les spéculateurs... Et ce que l'Église en a fait avec le temps, il faut le dénoncer : un instrument politique d'asservissement. 

Il faudrait ici réétudier Étienne de La Boétie ("Le Discours de la servitude volontaire"), Michel de Montaigne, Blaise Pascal...

Rainbow Eggs

Jésus donc serait aujourd'hui consterné, effrayé même, d'observer que ses suppôts sont pour la plupart de droite, obscurantistes, se prétendant les régisseurs d'une "morale" et de "valeurs" qui ne furent jamais les siennes.

S'il a aidé la femme adultère, s'il a soutenu les lépreux, s'il a réprouvé les injustice, d'évidence, aujourd'hui soutiendrait-il toujours les plus démunis et les modestes, les femmes, mais aussi les prisonniers, les immigrés, les homosexuel-le-s, les transgenre, etc...

Et le pain serait du côté de la fourhette, comme la tête du poisson dans l'assiette, à gauche. Forcément à gauche. Inévitablement à gauche. Obligatoirement à gauche. Et s'il y avait des oeufs à ramasser sur le Mont Golgotha, il les voudrait aux couleurs de l'Arc-en-Ciel, symbole de paix, symbole aussi de l'égalité en droits, de l'honneur et le respect dû à tout humain, de la fierté de chacun à être parmi les autres, égal aux autres, solidaire avec les autres.

Assurément et viscéralement, n'en déplaise à la plupart des culs-bénits qui nous pourrisent l'existence en refusant une exégèse moderne des testes sacrés, en voulant imposer des principes qui ne sont pas christiques en 2014, Jésus se contrefiche de le sort, s'en balance, porte un rainbow flag en guise de paréo, sème des oeufs muticolores, et reconnaît toujours les siens.

Quand on pense correctement ce que signifie le "Ecce Homo" de Ponce Pilate, ce que dit la tête du Sanhédrin, ce qu'a été la Passion du Christ, ce qu'elle dit et qu'elle symbolise, ceux qui aujourd'hui font mine de s'en émouvoir, les tenants de l'Opus Dei, de la Manif pour Tous, de Civitas, etc... et tous ceux qui les suivent, ne sont que des renégats, ne sont pas mieux que ceux qui ont forgé les clous de la crucifixion, et qu'il n'y aura personne pour leur tisser un suaire.

Mais nous, pour le moment, et pour longtemps encore je le crains, on ne peut pas dire "je m'en balance !".