En finir avec le FN

Pour commencer, régler son compte au FN par les faits.

Je ne vais pas aux sondages comme on allait (et comme on y retourne) à la messe. Et je réfute cette propagande assez uniforme de certains media qui nous assènent que le plus important dans ces élections serait de constater au soir du 25 mai 2014, si oui ou non le FN serait désormais "le premier parti politique de France".

Toute la lie électorale française peut bien se ruer sur ces fadaises, je ne suis pas un perdreau de l'année, je ne suis pas cérébralement démantibulé, et je sais que selon toute vraisemblance ce sera PPE contre PSE, et que l'enjeu réel est là. Ce qui par la même occasion, le coup de l'UMPS où UMP=PS , cette litanie abrasive de toute réflexion politique, je ne l'avale pas pour la simple raison que c'est un paradigme simpliste assis sur des fadaises. 

C'est à peu près aussi inepte que de comparer l'austérité grecque avec la rigueur française, avec le plus grand mépris pour nos amis Grecs. Je l'ai déjà évoqué, et j'y reviendrai.

Je reviens vite à mes moutons, à savoir commencer par ne plus se focaliser sur les boniments du FN. Raison pour laquelle je propose - comme d'autres l'ont déjà fait dans la presse écrite - cet essai de Pierre-Yves Bulteau paru aux Éditions de l'Atelier, accessible pour la très modique somme de 5€.

Pédagogique, le petit manuel tiré à 17 000 exemplaires à qui je souhaite un large succès, fournit des munitions intéressantes. Il démonte totalement, une par une, plus de 70 idées reçues sur le FN que nombre de gens, toujours sensibles aux sornettes, avalent sans même s'interroger.

Sur fond de crise économique et sociale persistante, l’extrême droite propage ses idées et désigne les boucs émissaires : « Il n’y a jamais eu autant d’étrangers en France »« Nous sommes envahis par l’islam qui veut détruire notre mode de vie »« Si les entreprises licencient, c’est à cause des travailleurs indiens et chinois qui acceptent des salaires de misère ». Mensonges et idées fausses sont mobilisés pour des promesses illusoires : « Renvoyons les étrangers chez eux, le chômage disparaîtra »« Réservons les logements sociaux aux Français »« Sortons de l’euro pour rétablir la santé économique de la France »

L’idée est donc de disséquer les rengaines de l’extrême droite pour les démonter à l’épreuve des chiffres et des faits. De lancer «une offensive sur le fond», décrit l’auteur Pierre-Yves Bulteau. Le journaliste décortique 73 «idées reçues» sur l’immigration, l’UE et l’euro, l’insécurité, l’islam, la concurrence entre les travailleurs, etc. L’ouvrage aurait pu passer davantage le programme du FN à la moulinette du fact-checking, fournir plus de chiffres et de données précises. Il s’agit en fait moins d’un travail de désintox que d’un contre-argumentaire. Objectif assumé par les partenaires à la recherche d’objections pour répliquer dans les entreprises, les facs et les lycées : «On veut en faire un outil militant pour armer les membres de nos organisations qui nous demandent comment répondre».

- Sur le prétendu manque à gagner que représentent les travailleurs étrangers pour la France, il explique que si ceux-ci perçoivent 47,9 milliards d’euros de l’Etat (allocations, prestations de santé, retraites), «ils en reversent 60,3 milliards en impôts, cotisations et taxes à la consommation. Soit un solde positif de 12,4 milliards.» 
- Concernant l’intégration des Roms, il rappelle que sur la période 2007-2013, la France 
«a touché 1,7 milliard d’euros» du Fonds social européen : 53 projets d’insertion ont pu être montés, mais au bénéfice «principalement de gens du voyage ou de personnes vivant en campement, c’est-à-dire une majorité de Français et non de Roms».
Le FN, supposé "premier parti ouvrier de France" : des fadaises !
- Le FN, défenseur des Services Publics : de l'arnaque !
- etc...

J'ajoute, ce qu'on lit et entend peu, que le FN (comme d'autres partis politiques d'extrême droite dans l'UE) sert de relais à la propagande de Valdimir Poutine dont les sbires aiment beaucoup recevoir Marine Le Pen en catimini ; que ces différents partis d'extrême droite disséminés dans toute l'UE ne font pas cause commune sur tous les sujets, ce qui pourrait invalider toute leurs tentatives d'utilité au sein du Parlement Européen ; que le FN est largement aussi "pourri" que les autres partis politiques et que son financement est loin d'être transparent ; etc...