The Homesman

Un western féministe !

En 1854, trois femmes ayant perdu la raison sont confiées à Mary Bee Cuddy (Hilary Swank, épatante de retenue), une pionnière forte et indépendante originaire du Nebraska.

Sur sa route vers l’Iowa, où ces femmes pourront trouver refuge dans le refuge d'Altha Carter (Meryl Streep), elle croise le chemin de George Briggs (Tommy Lee Jones, qui s'offre ici un rôle sublime de canaille au grand coeur), un rustre vagabond qu’elle sauve d’une mort imminente. 

Ils décident de s'associer afin de faire face, ensemble, à la rudesse et aux dangers qui sévissent dans les vastes étendues de la Frontière.

Ce film renoue avec un cinéma de genre dans le sens noble terme, distrayant, haletant et à la richesse thématique foisonnante. Une réussite majeure dans le genre du western pris à contre-courant...

Tommy Lee Jones signe un film sensible, traversé d’images et de scènes magnifiques, guidé par cette femme agissant au mieux de sa conscience, dans un mélange presque désespéré de pragmatisme, de résolution et d’amour profond de son prochain. Le personnage semble écrit pour Tommy Lee Jones, aussi drôle qu'émouvant. Mais la performance de Hilary Swank, mélange d'obstination et de tristesse, est saisissante. Moins "calibré" pour Cannes que pour les Oscars, Hollywood ne devrait pas rester insensible à ce personnage singulier et l'Oscar de la meilleure actrice pourrait lui tendre les bras.

Véritable anti-western, le film, prenant, âpre, réhabilite le rôle des femmes à cette époque.