11 juillet 2013

"Hommes..." - Abû Nûwas

Chose promise... En évoquant les poêmes de Abû Nûwas, j'ai promis d'en proposer de bachiques et libertins. Dont acte. Et c'est la raison pour laquelle j'y joins, toujours comme promis, les illustrations adéquates. Nul ne pourra, avec ça, prétendre que seules les contrées arabes pré-islamiques surent être sulfureuses et apprécier la luxure. Et comme le Christianisme a eu ses Mantegna, Raphaël, De Vinci, Michel-Ange, Caravage... l'Islam a eu ses poètes et ses peintres célébrant et encourageant les moeurs légères... Et si Abû Nûwas... [Lire la suite]
Posté par chonchonparis à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

10 juillet 2013

La Tentation de Saint Antoine.

"O bonheur, bonheur, j’ai vu naître la vie, j’ai vu le mouvement commencer. Le sang de mes veines bat si fort qu’il va les rompre. J’ai envie de voler, de nager, d’aboyer, de beugler, de hurler. Je voudrais avoir des ailes, une carapace, une écorce, souffler de la fumée, porter une trompe, tordre mon corps, me diviser partout, être en tout, m’émaner avec les odeurs, me développer comme les plantes, couler comme l’eau, vibrer comme le son, briller comme la lumière, me blottir sur toutes les formes pénétrer chaque atome, descendre... [Lire la suite]
Posté par chonchonparis à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 juillet 2013

"L'aimé dans le malheur me jette..." - Abû Nûwas

L'aimé dans le malheur me jetteet de blancs cheveux couronne ma têteavant que de la terre les replisne m'eussent enseveli ! Je suis pour mon maleur éprisd'un aimé qui me trahitme floue et fauche ma vie. S'il semble sincère et candide,à l'épreuve, il se révèle perfide. Ses mots et ses missivesme le révèlent. Son âme pour moid'une passion mortelleest captive ! Que je le touche ou boive son haleineje le trouve plus que moienclin à la peine !
Posté par chonchonparis à 19:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
01 juillet 2013

Before Midnight

De l'universalité du couple. Une île grecque, une villa magnifique, en plein mois d’août. Céline (Julie Delpy), son époux Jesse (Ethan Howke), nenry le premier fils de celui-ci (Seamus Davey-Fitzpatrick) et leurs deux filles Ella et Nina (Jennifer et Charlotte Prior) passent leurs vacances chez leur ami Patrick (Walter Lassally). Après avoir raccompagné Henry à l'aéroport pour qu'il passe le reste de ses vacances avec sa mère aux USA, les vacances continuent. On se promène, on partage des repas arrosés, on refait le monde. La... [Lire la suite]
24 juin 2013

Abû Nuwâs, poète érotique.

Un peu de poésie... À cause du temps qu'il fait, à cause aussi le pauvreté de la progammation cinématographique du moment, j'ai de nouveau le temps de lire autre que la presse. Après Rachid O., et histoire de comprendre quelques trucs à la soutenance de thèse de Hebus, j'ai lu les deux recueils de poésie d'Abû Nuwâs, "Le vent, le vin, la vie" et "Bacchus à Sodome". Avant de vous faire connaître quelques-unes de ses poésie et quelques dessins qui les illustrent, voici sa biographie telle que proposée par Wikipédia. Je ne résiste... [Lire la suite]
Posté par chonchonparis à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
03 juin 2013

De l'immatérialité.

Immatériel, vous avez dit immatériel ? L'immatérialité, selon le dictionnaire, c'est la qualité, l'état de ce qui est immatériel, sans matière, spirituel. Les synonymes sont nombreux : incorporalité, incorporéité, irréalité, désincarnation, spiritualité. Et aujourd'hui, de plus en plus de "choses" sont immatérielles, en France la gastronomie, en Turquie la lutte du Kirkpinar (voir photo), etc... puisqu'elles sont inscrites au patrimoine immatériel de l'humanité selon l'UNESCO. L'internet - que l'on nomme aussi toile -... [Lire la suite]

03 juin 2013

Ma petite table marocaine.

En lisant "Analphabètes" de Rachid O. En voilà une heureuse coïncidence, puisque c'est accroché à ce livre que ma petite table marocaine est enfin arrivée.  Elle est encore plus petite que celle qui figure sur la photographie, ne sert à rien si ce n'est à supporter mes cônes d'encens, et ne va pas du tout dans mon intérieur, mais elle me plaît, je la trouve très belle. Peu à peu, mon salon sera un véritable capharnaüm dont on pourra légitimement discuter l'harmonie, mais c'est ainsi, c'est souvent que dans ce type de décors... [Lire la suite]
Posté par chonchonparis à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
22 mai 2013

ChonChon, ce garçon incassable...

Pas particulièrement optimiste, mais assurément enthousiaste !  Dans un récent sondage, complètement biaisé comme le démontre très bien Jean-Claude Guillebaud dans sa chronique du NouvelObs de cette semaine, les Français auraient le moral à zéro, et seraient donc les plus pessimistes du monde. Balivernes, évidemment ! Car la question essentielle qui fut posée à chacun n'était pas de savoir s'il était ou non optimiste, mais si selon lui, ses compatriotes l'étaient. La nuance est de taille et invite à une forme de trucage.... [Lire la suite]
28 avril 2013

Vacances de Printemps

Enfin, les vacances ! Depuis qu'on dit "Vacances de Printemps", grâce à un subtil décalage calendaire, plutôt que "Vacances de Pâques", je perçois comme un virage laïc salutaire dans notre rythme de vie. Ce n'est pas grand chose, mais après des semaines où tout ce qu'il y a d'anti-laïcité en France (Opus Dei, Ichtus, Fraternité Saint-Pie X, etc... accompagné de tout ce qu'il y a d'anti-République (Bloc Identitaire, retraités d'Occident, rescapés du GUD, Ordre Nouveau, FAF, etc... labellisés "Printemps Français" et promus par... [Lire la suite]
Posté par chonchonparis à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
07 avril 2013

Perfect Mothers

Un quatuor impénétrable. Inséparables depuis le premier âge, Lil (Robin Wright) et Roz (Naomi Watts) vivent en parfaite osmose avec leurs deux enfants, Tom (James Frecheville) et Ian (Xavier Samuel) deux jeunes garçons à la grâce singulière et qui semblent des prolongements d’elles-mêmes. Les maris sont absents. Inexplicablement, et pourtant comme à l’évidence, chaque femme se rapproche du fils de l’autre, nouant avec lui une relation passionnelle. A l’abri des regards, dans un Eden balnéaire presque surnaturel, le quatuor va... [Lire la suite]