La Parade

Gay Pride en Serbie.

En voulant sauver son pitbull chéri et contenter sa fiancée capricieuse, Lemon, parrain des gangsters de Belgrade, se voit obligé d’assurer la sécurité de la première GayPride de Serbie. 

Pour l’aider dans cette mission impossible, il part à la recherche d’anciens mercenaires. Serbes, musulmans, bosniaques, albanais du Kosovo et combattants croates se retrouvent aux côtés des militants homosexuels. Comment cet équipage hétéroclite qui n’aurait jamais dû se rencontrer va-t-il arriver à transcender les frontières et leurs différences ?

Srdjan Dragojevic est un réalisateur et scénariste très célèbre en Serbie. Avec "La Parade", il signe son septième long-métrage. Ses films, la plupart du temps engagés, se font souvent remarquer par la critique, en Serbie mais aussi au niveau international. "La Parade" a été élu en 2011 "Meilleur long-métrage" au Fipresci Srbija (en Serbie) et a également été récompensé au Festival international du film de Berlin de 2012.

La nécessité de faire ce film n'a jamais été aussi pressante pour son metteur en scène. Selon Srdjan Dragojevic, le film apparaît dans un contexte où les choses n’ont jamais été aussi graves en termes de droits de l’homme et plus spécifiquement de droits des personnes homosexuelles. Il affirme : "J’ai toujours eu à l’esprit que réaliser "La Parade" était mon devoir de citoyen."

La scène finale de "La Parade" a été tournée en 2010, lors la première Gay Pride considérée comme "réussie" de toute l’histoire de la Serbie. En 2001, la première tentative de l’histoire de la Serbie d’organiser une Gay Pride s’était violemment terminée. Cette fois-ci, 6 500 policiers étaient réunis pour protéger moins de 1 000 militants gays et amis des gays, contre 7 000 hooligans et néo-nazis.

"La Parade" n'y va pas avec le dos de la banderole pour délivrer ses idées généreuses et son message de tolérance. C'est un road-movie décapant avec une galerie d'acteurs épatants (Nikola Kojo dans le rôle de Lemon, Milos Samolos dans le rôle Radmilo, Hristina Popovic dans le rôle de Pearl, Goran Jevtic dans lr rôle de Mirko, Goran Navojec dans le rôle de Roko, Toni Mihajlovski dans le rôle Azem, etc...) et un scénario qui mêle drôlerie, drame et tendresse.

Un film drôle, émouvant, engagé et cinéphile qui entremêle différents genres. Même si le message est simple, il passe parfaitement et cette parade ne peut pas être plus d'actualité. C'est toujours drôle et pertinente dans sa charge contre l'homophobie.