GayPride Paris 2014 1

GayPride 2014 Paris 2

Des média (encore et toujours) bien étranges...

Les journalistes voient, entendent et retalent ce qu'ils veulent bien voir, entendre et relater. Et s'il convient d'en accepter la subjectivité, elle serait plus pertinente après une description assez exacte des faits.

Les articles que j'ai lus ne correspondent pas exactement à ce que j'ai vu et entendu. Oui, il y avait quelques revendications politiques (Adoption, ABCD de l'éducation, PMA, GPA, lutte contre l'homophobie, contre le gouvernement...), mais pas au point d'en faire le sujet majeur de la manifestation.

J'y suis allé seul - à cause de la pluie, qui a incontestablement nui à une manifestation plus peuplée, et aura laissé certains au chaud chez eux - et j'ai eu l'occasion de la arpenter de long en large, si j'ose dire, en prenant des notes.

Alors oui, il y avait le NPA, le FdG, le PS, EELV, l'UDI (les GayLib ne sont plus UMP !). Oui il y avait la CGT, Solidaires, la FSU, la CFDT, l'Unsa, l'Unef, la LMDE. Oui, il y avait SOS Homophobie, Le Refuge, Aides, l'Ardhis, Abolition.fr, BiCause, Enfants Arc-en-Ciel. Oui, il y avait une présence forte des Services Publics (Gare ! de la SNCF, Flag de la Police, la Mairie de Paris, la Région Ile de France). 

Mais ce que j'ai vu était bien moins revendicatif que ce que je lis. En termes de "fierté", autrement dit d'affirmation d'une identité qui rvendique l'Égalité, il y avait moins de déguisement, peu de travestis, contrairement à d'habitude. Beaucoup de collégiens et d'étudiants amassés derrière deux gros chars diffusant une musique d'avant avant-hier, une espèce de techno très datée, cantonnée à ses 120 bpm. Le modeste char de PopinGays, comme chaque année, sortait du lot, proposant, d'une part une meilleure musique, d'autre part de l'humour.

Quant à la part plus politique, c'est à dire affirmant des revendications - importantes à mes yeux - je l'ai trouvée réduite à une portion congrue, réduite à quelques uns, dont l'ardeur, toutefois, faisait plaisir à voir et à entendre.

Une chose que je ne lis pas, pourtant importante car liée à un contexte très spécifique (la montée de l'homophobie qu'ont permis la Manif pour Tous et toute la lie obscurantiste, haineuse et extrémiste de France), c'est la présence accrue des forces de police. Je les ai croisées 12 fois tout au long du cortège, ce qui est notable. Je loue cette volonté de protéger le cortège, mais je ne peux que constater qu'elle correspond à des risques avérés d'actes homophobes, ce qui n'est pas fait pour me rassurer.

Que dois-je penser de ce prisme journalistique particulier, car très (trop ?) subjectif ? Pour tout dire, je l'ignore, ou plutôt mon coeur balance. D'un côté, cela véhicule l'idée que les personnes concernées sont ardentes à revendiquer égalité et fraternité, comme il faudra toujours le faire. D'un autre côté, cela véhicule l'idée que le Mariage pour Tous n'est pas un grand acquis, obtenu de haute lutte. Dubitatif donc.