Medef Logo

Toujours moins pour les travailleurs !

Comme d'habitude, le MEDEF propose, en cette rentrée, sorties d'une litanie de 50 propositions pour créer des emplois non encore rendues publiques, ses principales "nouveautés".

Pour faire vite, encore un assouplissement des 35 heures, une espèce de sous-SMIC pour ceux qui sont très éloignés de l'emploi, et pour faire un peu "nouveau", la suppression de 2 ou trois jours fériés.

Donner davantage de boulot à ceux qui en ont, pas doute que ça en donnera à ceux qui n'en ont pas. Passons sur cette ridicule antienne, alors même que l'Histoire de la durée du travail nous enseigne que c'est, avec des soubresauts droitistes et néfastes, vers une durée du travail plus courte.

J'avoue que j'ai ri, notamment à propos de la suppression de jours fériés. En effet, pour l'essentiel le MEDEF est de droite, souscrit pleinement à l'enfumage qui consiste à rappeler nos "racines et valeurs chrétiennes", lesquelles racines et valeurs nous valent l'essentiel de nos jours fériés.

À moins que ce soit 1789, les Guerres Mondiales, ou la Fête du Travail, je ne vois pas bien ce dont parle ici le MEDEF. Noël, Pâques, Ascension, Pentecôte... sauf erreur de ma part, c'est d'une part chrétien, d'autre part un moteur pour le tourisme (et donc l'activité économique) dans nos provinces. On voit bien là que le MEDEF sait hiérarchiser ses "valeurs" dès lors qu'il faut exploiter davantage les forces de travail sans les rémunérer davantage.

Mais ce qui m'a fait doublement rire, c'est que les journalistes puissent tomber dans ce très grossier panneau qui consiste à avaler que ces "idées" sont adressées à Hollande, Valls et Macron ! Et j'ose espérer que ces trois-là ne tomberont pas dans ce piège on ne peut pas plus grossier.

En effet, ces annonces en forme de fausses fuites ne sont pas adressées au Président, au Premier Ministre et au Ministre de l'Économie actuels, mais, et la concordannce des temps ne saurait mentir, bien adressées à Nicolas Sarkozy qui incessamment sous peu devrait opérer, via la télévision (encore la servile TF1 ?), à son vrai-faux come-back.

Et le MEDEF de lui dire à peu près ceci : "mon bonhomme, si tu veux le plein soutien du patronat dans sa frange la plus riche pour ta reconquête de l'Élysée, voici ce que tu dois inscrire dans ton programme".

J'ignore si l'Élysée, Matignon, et les Ministères appropriés on avalé un jour un seul que le MEDEF puisse être un de leurs interlocuteurs sérieux - ce qui est et resterait complètement stupide - mais là, ce serait un comble tant la ficelle est énorme.

Depuis le 6 mai 2012 le MEDEF n'a pour buts que, politiquement, d'une part continuer d'écrire des lois via ses néfastes lobbies, d'autre part contribuer autant que possible au retour de la droite au pouvoir. Et même si cette gauche actuellement au pouvoir est trop comme-ci et pas assez comme-ça, le MEDEF s'en fout, il veut la droite, par la droite, pour la droite. Point.