Toy_Story_3Vieillir ensemble.

Les créateurs des très populaires films Toy Story ouvrent à nouveau le coffre à jouets et invitent les spectateurs à retrouver le monde délicieusement magique de Woody et Buzz au moment où Andy s'apprête à partir pour l'université. Délaissée, la plus célèbre bande de jouets se retrouve... à la crèche ! Les bambins déchaînés et leurs petits doigts capables de tout arracher sont une vraie menace pour nos amis ! Il devient urgent d'échafauder un plan pour leur échapper au plus vite. Quelques nouveaux venus vont se joindre à la Grande évasion, dont l'éternel séducteur et célibataire Ken, compagnon de Barbie, un hérisson comédien nommé Larosse, et un ours rose parfumé à la fraise appelé Lotso.

Voici donc le troisième opus de Toy Story. C'est Lee Unkrich qui s'y colle, avec beaucoup de bonheur, après avoir été le maître de d'oeuvre de "Monstres et Cie" en 2002, puis de "Le Monde de Nemo" en 2003.

Le film est bien plus qu'une suite, c'est une conclusion logique, inévitable et déchirante. C'est que le scénario particulièrement riche se nourrit de thématiques passionnantes : l'amitié, la solidarité, le temps qui passe. Et ce supplément de poésie qui n'appartient qu'à Pixar apporte une narration vive, bien pensée, prenante, et parfois bouleversante, à en avoir les larmes aux yeux, sans toutefois tomber dans la mièvrerie.

Le film redouble d'inventivité, multipliant les rebondissements, et assurant un rythme digne des meilleurs films de prison et d'évasion. Les bonnes idées fourmillent pour le plus grand bonheur des spectateurs. C'est souvent hilarant. Mais c'est parfois aussi avec nostalgie et mélancolie que l'on retrouve nos jouets préférés.

On ne compte plus les scènes d'anthologie : Monsieur Patate perdant sa pomme de terre est contraint de prendre corps avec une simple crêpe toute molle ; Ken (avec la voix de Michael Keaton) qui pour charmer Barbie nous offre un défilé de mode inoubliable.

Lotso, l'ours rose parfumé à la fraise et le petit clown nous propose un flash-back époustouflant, qui nous présente une approche psychologique de ce qu'ils sont devenus très bien vue.

La petite bande qui doit se sortir de la situation dramatique où elle risque sa destruction nous propose une scène à couper le souffle, qui vous colle à votre fauteuil pour ne vous laisser souffler qu'à son terme.

Les jouets sont nos semblables, et leur histoire est la nôtre. Leur mélancolie devant le temps qui passe et qui ne se rattrape guère, leur impératif de fraternité dans les moments difficiles, sont autant d'étapes de la vie qui nous émeuvent profondément.

C'est du grand spectacle, vif, drôle et émouvant. Et sans aucun doute possible, c'est le meilleur des trois Toy Story.