Polo Sabzi va mahi

Polo sabzi va mahi (riz aux herbes et poisson du Nouvel An perse).

Norouz, c'est le Nouvel An perse, qui se fête le jour de l'équinoxe vernal, soit entre le 20 et le 22 mars. Norouz est célébré depuis au moins 3 000 ans et est profondément enraciné parmi les rituels et les traditions du zoroastrisme. Aujourd'hui, la fête de Norouz est célébrée par environ 300 millions de personnes, dans de nombreux pays qui ont été des territoires ou qui ont été influencés par l'Empire Perse :en dehors de l'Iran, on peut citer le Kurdistan, l'Afghanistan, des parties du Moyen-Orient aussi bien que dans les ex-républiques soviétiques du Tadjikistan, de l'Ouzbékistan, de l'Azebaïdjan, du Kazakstan et du Kighiztan.

Le fait que ce soit le soir de l'équinoxe de printemps me plaît bien, ça fait très païen. Qui dit Nouvel An, qu'il soit chrétien, arabe, chinois, perse... dit forcément repas festif. Évidemment, je peux compter sur mon Prince of Persion pour me préparer un dîner traditionnel perse en attendant le grand buffet de Norouz de demain soir. Ce sera donc le "Polo sabzi va mahi", du poisson servi avec du riz aux herbes.

Pour le poisson, voici les ingrédients nécessaires : des filets d'un poisson blanc de votre choix, de l'huile végétale, un peu de curcuma (1/2 cuillère à café), sel & poivre du moulin, 1 œuf battu dans un bol, de la farine dans un bol. Jusque là, selon moi, rien d'exceptionnel, si ce n'est que ça suffit pour m'aiguiser l'appétit.

Polo Sabzi va Mahi - Herbes

Pour le riz, et c'est là que ça devient intéressant : 200 g de riz basmati, 3 cuillères à soupe d'huile d'olive, du sel (gros pour l'eau et fin par la suite), 1 bouquet de persil haché, 1 bouquet d'aneth haché, 1 bouquet de coriandre hachée, 1 bouquet de ciboulette ou les tiges de 3 oignons nouveaux hachés, 3 cuillères à soupe d'huile végétale, 1 grosse pincée de safran moulu, du beurre.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, rien que la liste des différentes herbes auxquelles viendra s'ajouter le safran, ça affole mes papilles !

Pour les plus téméraires, je vous joins la recette telle que je l'ai trouvée sur internet, sachant bien que mon Darius à moi ne pourra pas s'empêcher de la personnaliser en fonction de ses traditions familiales paternelles.

Maintenant, je vais fite aller prendre un douche et me ravaler la façade, histoire d'être à la hauteur du "Polo sabzi va mahi" qui m'attend de l'autre côté de la Seine, dans les beaux quartiers.

Voici donc la recette :

  1. Porter une grosse cocotte d'eau salée avec l'huile d'olive. Cuire le riz 7 minutes, égoutter et rafraichir immédiatement à l'eau froide. Réserver 1/4 du riz dans un bol. Mélanger le reste du riz avec les herbes et un peu de sel.
  2. Verser l'huile végétale, safran, sel et l'équivalent de 5 cuillères à soupe d'eau dans la cocotte. Mettre à feu moyen pour faire bouillir et réduire l'eau, ce qui mélangera le safran, l'huile et le sel. Disposer le riz sans herbe au fond de la cocotte puis le reste du riz. Parsemer le riz de petits morceaux de beurre avant de fermer la cocotte.
  3. Verser 1 bon cm d'huile dans une poêle. Y ajouter le curcuma, sel et poivre et mettre à chauffer. Lorsque l'huile est chaude passer les filets dans l'œuf puis dans la farine avant de les mettre délicatement dans la poêle. Retourner les filets lorsqu'ils sont bien dorés. Lorsqu'ils sont cuits les poser sur une assiette recouverte de plusieurs couches de papier absorbant.
  4. Disposer le riz sur un grand plat et répartir les morceaux de poisson par-dessus. Servir avec du citron et du pain lavash.

Et pour ceux qui trouveraient un intérêt à connaître l'histoire de Norouz : http://fr.wikipedia.org/wiki/Norouz. Vous y apprendre notamment que Norouz a été reconnue le 23 février 2010, comme la « Journée internationale du Norouz » par l'Assemblé Générale de l'ONU. Le projet de résolution de la Journée internationale de Norouz a été adopté à l'unanimité, donnant une reconnaissance à cette fête d'origine Perse comme une journée internationale. (L'appellation « Journée internationale de Norouz pour la Culture de la Paix » semble parfois employée mais ne se retrouve dans aucun document officiel). Et que Norouz avait déjà été inscrit le 30 septembre 2009 sur la liste représentative du "patrimoine culturel immatériel de l'humanité" par l'UNESCO, ce que pour ma part, j'ignorais (ou avais oublié).

Norouz Mobarak ! (sans garantir l'orthographe...)