CochonPerplexeOn nous l'aura assez dit !

Les français ne s'intéressent pas à la politique étrangère. Sauf que ! C'est une ânerie, et rien n'est moins vrai. Nos concitoyens sont attachés à des symboles (drapeau, hymne, droits de l'homme, Grandeur de la France dans le monde...), et gare à celui qui va s'amuser à trop tripatouiller ces symboles ! C'est ainsi que je le sens.

Bush, Poutine, Khadafi... les plantades de l'omni président Sarkozy commencent à s'enfiler comme des perles. Un peuple comme le peuple de France ne se limitera jamais trop longtemps à des préoccupations intérieures, des préoccupations égoïstes. Touche pas à la grandeur de la France ! Ce peuple que Sarkozy conchie (mais qui l'a pourtant élu) est très attaché à certains principes.

Ce peuple concerve et aime ses icônes : Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Zola, Moulin, Môquet, De Gaulle... leurs héros, ceux qui ont dit non ! Il est certain que celui qui dit oui-oui, et qui le dit aux moins fréquentables de la planète, flanqué de ses pin-ups de circonstance, risque de finir rapidement, là aussi, par gonfler son monde !

Chômage, inflation, pouvoir d'achat : voilà la petite cuisine qu'un président à le droit (et le devoir) de tripatouiller. Le conjoncturel. Mais le structurel, tout ce qui est solide, ce qui est le fruit d'une histoire collective, tout ce qui fait la cohésion nationale, il vaut mieux le respecter, le ménager, et ne point l'écorner trop.

Je reste perplexe, et je me dit que Sarkozy n'a plus qu'une solution s'il veut se maintenir à peu près paisiblement 5 ans au sommet du pouvoir : il va devoir se gauchiser, de Général-De-Gaulliser. Je n'oserai dire qu'il doit grandir, je me contenterai de dire qu'il doit faire comme son peuple : prendre de la hauteur.

On ne remplace pas les grands symboles par la breloque de pacotille de Cécilia ou de Clara. On en ferait vite des Marie-Antoinette ! Un peuple qui fait des bêtises (voter Sarkozy, croire que les idées d'extrême droite ont disparu avec le FN...) est probablement encore plus apte à faire valser celles et ceux qui lui vendent de la marchandise avariée.

Le bling-bling au pays du bas de laine... est-il raisonnable de songer que ça peut durer si notre Président ne change vite son fusil d'épaule ?