Summer_WarsOmnipotente modernité ?

Bienvenue dans le monde de OZ : la plateforme communautaire d'internet. En se connectant depuis un ordinateur, une télévision ou un téléphone, des millions d'avatars alimentent le plus grand réseau social en ligne pour une nouvelle vie, hors des limites de la réalité.
Kenji, un lycéen timide et surdoué en mathématiques, effectue un job d'été au service de la maintenance d'OZ. A sa grande surprise, la jolie Natuski, la fille de ses rêves, lui propose de l'accompagner à Nagano, sa ville natale. Il se retrouve alors embarqué pour la fête traditionnelle du clan Jinnouchi. Il comprend bientôt que Natsuki ne l'a invité que pour jouer le rôle du " futur fiancé " et faire bonne figure vis-à-vis de sa vénérable grand mère. Au même moment, un virus attaque OZ, déclenchant catastrophe sur catastrophe au niveau planétaire.
Avec l'aide de Kenji, tout le clan Jinnouchi se lance alors dans une véritable croisade familiale pour sauver le monde virtuel et ses habitants...

Après la magnifique "Traversée du temps" en 2006, Mamoru Hosada nous propose aujourd'hui une oeuvre complexe au scénario solide, qui parvient à se faire côtoyer des scènes campagnardes de chroniques familiales et un récit d'anticipation de science fiction aux lueurs apocalyptiques.

Devant la dépendance croissante de l'humanité à l'ordinateur, à l'internet, aux réseaux sociaux (ce que Régis Debray appelle "la dictature de la technologie) Mamoru Hosada confronte le virtuel et le réel, le numérique et le physique. Même si le sujet peut sembler rabâché, jamais on ne l'a vu traité avec autant d'ambition, et surtout de complexité assumée : l'intelligence du propos, le suspense de l'intrigue, la réalisation exemplaire, l'animation fluide.

A vouloir jouer les démiurges, les hommes ont créé un univers virtuel qui pourrait devenir fou. Quelles parts de notre humanité pourraient être sollicitées devant une telle folie, devant cet emballement de l'internet et des réseaux sociaux ? Mamoru Hosada nous dit que ce sont nos liens "physiques", familiaux, amicaux, sociaux dans lesquelles résident la solution.

Dit ainsi, ce pourrait être simpliste, mais c'est sans compter sur la fin magnifique d'un suspense haletant, que le réalisateur parvient à sublimer nos "liens physiques", et à nous apporter sa solution.

Pour être complet, il faut dire combien le film est chaleureux, tendre, épique, drôle et trépidant. Sans conteste possible, c'est là un film de cinéma virtuose, un classique d'aujourd'hui au même titre que "Akira" de Katsuhiro Otomo en fut un il y a plus de 20 ans. Un film qui nous rappelle aussi que la technologie cinématographique sans scénario, sans histoire bien ficelée, sans propos convaincu ne vaut pas grand chose, malgré des résultats au box-office impressionnants.

"Summer Wars" est un chef d'oeuvre ; Mamoru Hosoda est un grand.