Sarkozy - Le criÉcrire à 17H45, pour ne publier qu'après 20H ?

C'est ainsi. Étrange que d'apprendre tout ça vers 17H, d'essayer de le synthétiser vers 17H30, mais de ne le publier qu'à 20H, afin de ne pas prendre de risques inconsidérés, à savoir une amende faramineuse...

Le candidat PS est annoncé en tête avec de 5 à 7 points d'avance, selon les différents instituts de sondage. Peu après 12H, le quotidien suisse La Tribune de Genève citait, sur base de plusieurs sondages dont l'origine n'était pas précisée, de premières estimations comprises entre 52,5% et 53% pour François Hollande, contre 47%-47,5% pour Nicolas Sarkozy. Ces résultats provisoires ont été confirmés au "Soir" ce dimanche à 17h30 par une source bien informée proche de la rue de Solférino, le siège parisien du PS. 

En milieu d'après-midi, la tendance, qui va dans le sens des sondages de la dernière semaine, était confirmée par le site 20min.ch qui attribuait une paternité aux différents chiffres : BVA, Ipsos et OpinionWay donnaient selon lui un résultat de 52,5% contre 47,5% ; CSA, Ifop et Harris avançaient une fourchette 53%-47% tandis que TNS-Sofres donnait une victoire encore plus nette au candidat socialiste : 53,5%-46,5%. J'imagine que ça va fluctuer d'ici 20H.

J'ai même lu (7sur7.be), que la Fête UMP Place de la Concorde était déjà annulée (information obtenue, je cite, "de source diplomatique"), tandis que l'organisation de celle de la Place de la Bastille battait son plein, et j'imagine ne pas être le seul dans ce cas. Il conviendra, après ce scrutin, de modifier la loi, car il y a là un dysfonctionnement évident.

Bien évidemment, j'ai écrit "Au revoir" alors que je n'ai pas la sagesse de penser avec tant de pondération... D'autant plus que si c'est le 7ème scrutin présidentiel dont je me souviens, le 6ème auquel je participe, le 5ème auquel je vote, jamais je n'avais vécu une telle tension... comme si non seulement il fallait de tourner une page, mais aussi la rayer, l'effacer, la déchirer... pour commencer d'en écrire une autre. La Grand Messe de 20H où le visage du vainqueur apparaît a quelque chose d'anachronique, de totalement obsolète.

 

C'est beaucoup plus vertement que j'aimerais dire "au revoir" à celui qui a cru pouvoir "habiter la fonction présidentielle" de mai 2007 à mai 2012, sans y parvenir jamais, ne devenant qu'une espèce de "super Premier Ministre", très partisan de surcroît.

(Illustration : parodie du tableau d'Edvard Munch "Le Cri", dégotté simultanément par Ariane et moi ce matin sur internet).