Rentrée nuage de mots

Il faut maintenant retourner au boulot.

C'est sans le vouloir réellement que j'utilise, pour le début comme pour la fin des vacances, le même style d'illustration, qu'on apprelle un "nuage de mots". C'est dû hasard de mes promenades sur internet.

Pas question de faire un "bilan" des vacances. Je n'aime pas les bilans autres que comptables. Moi, le bilan de la trentaine, de la quarantaine, de la cinquantaire, ça m'est passé au-dessus.

Comme d'habitude, j'ai fait les choses à peu près dans l'ordre, sans trop les mélanger. C'est ainsi, j'aime compartimenter.

Mes vacances auront été encadrées et agrémentées de bons films, grosso-modo entre "Frances Ha" et "Hijacking" jusqu'à "Mickael Kohlhaas" et "Les Apaches", en passant par "Metro Manila", "Magnifica Presenza", "Les Salauds", "Je ne suis pas mort", etc... Un excellent cru estival. Mazette !

Comme toujours, j'ai inauguré mes vacances par le tryptique "cils teints - aisselles épilées - pubis débroussaillé". Une sorte de fidélité très esthétique et très personnelle au plus fameux adage de Juvénal, "mens sana in corpore sano". À chaque fin d'année universaire, il m'est nécessaire de nettoyer un peu la boutique, terne et fatiguée.

Petit épisode rangement, en vidant encore quelques cartons, en rangeant (enfin !) mes chaussures, en classant des papiers - c'est fou ce qu'on accumule de papiers qu'il faut garder ! - sans parvenir à retrouver ceux que je cherchais ; en optimisant le peu de place dont je dispose, etc...

J'ai lu et apprécié aussi bien les poèmes érotiques et bacchiques de Abû Nûwas que les aphorismes de Georges Bernard Shaw, j'ai relu avec plaisir Rachid O, et j'en ai été ému, j'ai rangé et classé mes articles préférés de huit mois de NouvelObs, je me suis tenu informé des "actualités", je suis resté fidèle à mon Canard Enchaîné du mercredi ; j'ai facebooké pour prendre des nouvelles de mes amis et connaissances, etc...

François Hollande, Jean-Marc Ayrault et nos Ministres ont pris peu de vacances, ce qui leur a été beaucoup reproché ; on a poussé des cris d'orfraie parce que le Ministère de l'Intérieur et celui de la Justice ne seraient pas sur la même longueur d'ondes (ce qui est toujours le cas depuis des lustres, et quel que soit le gouvernement) ; l'UMP persiste avec son électro-encéphalogramme plat ; Bernadette Lafont est morte ; il y a eu des noyés ici et là ; c'est toujours le ball-trap à Marseille et en Corse ; certains suggèrent de boycotter les JO en Russie ; etc... et ce qui m'intéresse évidemment le plus, c'est l'évolution de la situation en Égypte ces derniers jours (et aussi en Turquie et en Tunisie). Mazette !

Par bonheur, j'ai essemmessé avec MaMounique et Miss Patty ; j'ai passé deux bons moments avec Sister Choube ; j'ai eu le plaisir de partager deux bonnes grosses demi-journées avec ZaZa, l'une dans le China Town parisien, l'autre entre Opéra et Anvers en passant par Blanche et Pigalle ; j'ai rencontré des gens fort peu recommandables ("mes amis pour la vie" comme dit ZaZa) au square ; je me suis promené aux Puces de Saint-Ouen, j'ai bravé mon allergie au soleil, et je me suis un peu doré la pillule dans les Jardins des Batignolles ; j'ai fait avec ma pauvre carcasse qui affiche 50 ans au compteur (avec 17 de sida dans la jauge et environ 15 de tri-théraphie dans le radiateur), et je suis allé nager à la piscine ; etc... Mazette !

J'ai surtout passé cinq jours de rêve sur les Îles d'Aran avec "mon" Prince of Persia, presque loin de tout, au milieu de paysages superbes, cinq jours tout en repos, promenades, gastronomie et sexe. Je me suis même laissé photographier tout nu ! Avec pour terminer un long périple en bateau entre Galway et Le Havre. Inoubliable.

Il faut bien que je termine par une bêtise ! 2013 est une année "6" (2+0+1+3=6). Et si j'en crois la numérologie (oups !), voici ce que serait la signification et le symbolisme du 6 : le 6 est le symbole de la beauté, l’harmonie, la perfection, la famille, l’amour, la responsabilité mais aussi de l’exigence, de l’idéalisation, de l’impatience.

Mazette !