Province

Supprimons vite des Régions.

Voilà déjà de nombreuses années qu'est critiqué ce qu'on appelle désormais le "mille-feuille administratif". Et à bien des égards, cette critique est pleinement justifiée, puisque certaines strates administratives, en premier lieu les Régions, sont inefficaces, tant au niveau économique que politique, social, sociétal, culturel, et même... "identitaire" !

Quand on mesure la taille et calcule la densité de population de certaines Régions, on ne peut que rire : Alsace, Lorraine, Auvergne, Limousin, Picardie, Haite Normandie, Basse Normandie...

J'aime bien les Départements, mais pas particulièrement pour des raisons administratives, et bien davantage pour des raisons géographiques : fleuves, rivières, montagnes, etc... autant de suggestions de la diversité de nos territoires. J'aime cette énumération des Départements et de leurs noms pour la description des paysages, des productions agricoles, des talents culinaires qu'ils évoquent. Et ça s'arrête là.

Depuis des lustres, dans notre langage ordinaire, nul n'est un "départemental" ou un "régional". Tout au plus, chacun est, ou un Parisien, ou un Provincial. Commençons par dépoussiérer, dans un effort d'instruction et de pédagogie, ce que "Province" et "Provincial" peuvent contenir de mépris. Ce sera salutaire.

J'ai vu et entendu des habitants de Picardie accuser François Hollande de vouloir tuer - rien que ça ! - leur identité. Je vais leur rappeler que continuent d'exister l'Artois, la Sologne, la Beauce, l'Anjou, le Dauphiné, le Bourbonnais, le Berry, le Quercy, la Guyenne, la Gascogne, etc... sans qu'il n'y ait au service de ces Provinces la moindre strate administrative ! Je vais leur rappeler aussi, à ceux qui revendiquent leur "identité régionale", que la plupart du temps, ils ne font pas la différence entre un Arabe, un Kabyle, un Berbère et un Perse, et que ce qui sépare un Sunnite d'un Chiite leur échappe !

La France se portera mieux avec moins de strates administratives, pour des raisons économiques, des raisons d'efficacité face à la puissance des Länder allemands, une Allemagne qui, rappelons-le, en ce moment, n'aime rien tant que tailler des croupières et tondre la laine sur le dos des autres pays de l'UE grâce à sa piètre démographie et son austère protestantisme.

Qu'une "identité" puisse dépendre d'un territoire qui s'inscrit dans une géographie et un climat précis, je veux bien l'admettre, pourquoi pas ?, et Montesquieu n'était pas loin de le penser, mais qu'une "identité", qui plus est à l'heure salutaire de la mondialisation et des métissages, puisse être la résultante d'un découpage strictement administratif, c'est du grand n'importe quoi.

Alors, passer de plus de vingt Régions à une douzaine au maximum, qui se contenteraient d'être "cardinales" (Nord-Ouest, Sud-Est, etc...), et qui, pour des raisons éminemment économiques liées au tourisme, communiqueraient, si elles le souhaitent, pour valoriser nos Provinces, qui n'auraient pas de prérogatives administratives, ce serait très bien.

Je suis soustrait à toute notion d'attache territoriale, ou de "racines" (je suis un "homme qui marche" cher à Giacometti, pour qui la notion d'apports extérieurs a pris le dessus sur la notion d'héritage), et le seul statut de citoyen me convient, mais je peux admettre que chacun ne souscrive pas à ce "nomadisme", et ne nie pas l'existence de nos Provinces et de leurs personnalités. 

Mais une "identité régionale" calquée sur un simple découpage administratif, et donc (ré)inventées, j'ai beau tourner la carte de France dans tous les sens, je ne comprends toujours pas cette forfaiture.

Et de saluer les Gascons, les Solognots, les Beaucerons et les Périgourdins, parmi d'autres, qui sans Département ni Région, continuent bel et bien d'exister.