Dans la Cour

Quant les marginaux et les excentriques s'entraident...

Antoine (Gustave Kervern) est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d'errance, il se fait embaucher comme gardien d'immeuble. Jeune retraitée, Mathilde (Catherine Deneuve) épouse de Serge (Féodor Atkine) découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon. Peu à peu, son angoisse grandit pour se transformer en panique : et si l'immeuble s'effondrait... Il découvre aussi Stéphane (Pio Marmaï), tout aussi étrange propriétaire d'un appartement dans l'immeuble, complètement drogué et vivant de la vente de vélos qu'il vole.

Tout doucement, Antoine se prend d'amitié pour Antoine et pour Mathilde, cette femme qu'il craint de voir sombrer vers la folie. Entre dérapages et inquiétudes, tous deux forment un tandem maladroit, drolatique et solidaire qui les aidera, peut-être, à traverser cette mauvaise passe.

Si les "excentriques", les "marginaux", ceux qui ne rentrent pas dans les cases, qui ne sont pas définis par les sociotypes définis par les sociologues, qui parviennent à inventer des forme de fraternité et de solidarité originales, vous adorerez le trio constitué par Catherine Deneuve (impériale), Gustave Kerven (magistral de sensibilité), et Pio Marmaï (excellent dans une partition hors de tous les sentiers battus).

Et souhaitons que Pierre Salvadori ait enfin compris que son tandem avec l'actrice Audrey Tautou lui coupait les ailes, et qu'il a enfin retrouvé le talent qu'il exprimait du temps de ses collaborations avec Guillaume Depardieu.