Le Refuge - Resto Paris

Au Rêve - Bistro Paris

Moments décalés.

Comme je le disais récemment à mon ami ZaZa, dans la vie, ce ne sont pas les dates qui comptent, ce sont les moments. Si ces moments "collent" aux dates, c'est bien, sinon, c'est bien aussi. Puisque je n'ai pas pu fêter Noël le 24 décembre, pas plus que le Nouvel An le 1er janvier à 0H00, sur une proposition de mon Pince of Persia, nous avons fêté, modestement, les deux hier soir.

Après vérification, je suis prêt : rasé, cils teints, vernis à ongle posé, vêtu à peu près comme un Rainbow Flag, tout va bien.

Il faut toujours faire contre mauvaise fortune bon coeur, et constater que ça n'est pas si désagréable d'être "décalé". Et nous fûmes en quelque sorte doublement décalés, parce que le dimanche soir, la plupart des gens travaillant le lundi, il n'y a jamais grand monde. C'est donc encore mieux.

D'abord un repas de Noël au restaurant "Le Refuge" (Rue Lamarck, Paris XVIII) où nous nous sommes gavés d'huîtres et de ravioles au foie gras.

Ensuite un Jour de l'An au bistro "Au Rêve", juste derrière (Rue Caulaincourt, Paris XVIII) où nous avons éclusé quelques verres, sourires aux lèvres.

Enfin, pour rentrer, une petite promenade nocture, dans un Paris désert, heureux, conscients d'avoir bien choisi le nom de nos escales, nous faisant passer d'une date à une autre, d'un moment à un autre, du Refuge au Rêve.